mars 26, 2023
HAITI Politique

Salaire minimum : la protestation ouvrière s’intensifie à Port-au-Prince

Nouvelle journée de manifestation des ouvriers de la sous-traitance ce jeudi dans la zone de la SONAPI et sur la route de l’aéroport pour continuer de réclamer, entre autres, un salaire de base de 1 500 gourdes.

Les travailleurs du secteur textile et de l’habit du Parc Industriel de la SONAPI ont à nouveau gagné les rues ce jeudi toujours dans l’objectif de réclamer un salaire minimum de mille cinq cents gourdes.

Les protestataires ont bénéficié du soutien d’ouvriers évoluant dans d’autres domaines. Les forces de l’ordre ont une fois de plus fait usage de gaz lacrymogène pour mettre fin à ce mouvement.

Les protestataires n’entendent pas courber l’échine. Ils entendent poursuivre leur mouvement jusqu’à ce le nouveau salaire minimum soit fixé à mille cinq cents gourdes.

Les participants étaient toutefois moins nombreux ce jeudi.

Des militants de diverses organisations  de bases et des syndicalistes ont accompagné les ouvriers lors de cette deuxième journée de protestation.

 Pierre Killick Cémélus, Josué Mérilien, entre autres, n’ont pas mâché leurs mots pour  condamner l’attitude des patrons envers les ouvriers.

Après avoir parcouru la route de l’aéroport sous la pression des forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz l’lacrymogène, ils ont dû faire demi-tour pour livrer le message final. Télémaque Pierre est le porte-parole des syndicats du secteur textile.

Si la première journée de protestation a été marquée par plusieurs blessés, aucun incident  majeur n’a été enregistré, ce jeudi.

Le président du Sénat Joseph Lambert condamne les brutalités policières à l’encontre des ouvriers qui manifestaient pourtant pacifiquement. Il interpelle  le directeur général ai de la PNH, Frantz Elbé. Le sénateur Lambert déplore par ailleurs le fait que le ministre des affaires sociales, n’ait pas répondu la semaine dernière à une invitation faite par le sénat. Cette rencontre, a-t-il dit, aurait pu aider à prévenir cette contestation  ouvrière.