mars 26, 2023
JUSTICE

Le dossier impliquant l’ex-député Arnel Bélizaire a été entendu, lundi, par la Cour d’appel de Port-au-Prince

Cependant le tribunal n’a pas pu statuer sur la demande en main levée d’écrou formulée par le conseil de la défense  en faveur des prisonniers dits politiques la jugeant prématurée, l’affaire n’étant pas encore en état.  

Contrairement à ce qui a été dit et ordonné par le Commissaire du Gouvernement près la Cour d’Appel de Port-au-Prince Me Claude Jean, les prisonniers Arnel Bélizaire, Pierre Killick Cémélus, Paul Joanel, Jean Pierre Fleuret, Esteril Mackenton et Garry Philémond  n’ont pas été emmenés à la Cour. Pourtant cette Instance a été réunie.

Les magistrats de la composition, Eddy Darang (président), Belette Larose et Jean Perès Paul siégeaient normalement, les avocats du conseil de la défense et le ministère public étaient présents également. 

A l’évocation de l’affaire, le représentant du ministère public a souligné pour l’attention de la cour qu’il n’avait pas retenu l’affaire faute d’avoir le dossier en sa possession pour la plaidoirie. 

Les avocats du conseil de la Défense, Me Marc Antoine Maisonneuve et Arnel Rémy  se sont montrés très critiques vis-à-vis des représentants du ministère public et n’ont pas caché leur déception.

Arrêté le 30 novembre 2019, dans la ville de Jacmel, l’ex-député de Delmas/Tabarre est accusé de complot contre la sûreté de l’Etat. Depuis lors, soit 17 mois après, il est écroué à la prison civile de Croix-des-Bouquets.