septembre 21, 2023
HAITI

Le caïd « Yonyon » des « 400 mawozo » n’a pas été libéré

La rumeur s’est répandue comme une trainée de poudre sur la toile. Nous parlons de la libération de l’un des chefs du gang des « 400 mawozo », Germine Joly alias Yonyon en échange de la remise en liberté des religieux et laïcs engagés, enlevés le 11 Avril dernier, à Ganthier par les membres de ce puissant gang. Pourtant il n’en est rien. En effet, le caïd est toujours écroué au pénitencier national, selon plusieurs sources judiciaires et policières. Cependant l’une d’entre elles confirme que ce criminel a été extrait de sa cellule par des agents de la Direction Centrale de la Police judiciaire (DCPJ) en vue d’être auditionné dans le cadre du dossier des religieux. Il a été, par la suite, reconduit au pénitencier national.

Ces rumeurs ont coïncidé avec la démission du juge et juge d’instruction Jean Joubert Michel qui avait travaillé sur le dossier de Yonyon. Pourtant cette démission n’est aucunement liée à cette affaire, ont confié plusieurs sources judiciaires à la Rédaction de Vision2000. Le magistrat qui réside aux Etats-Unis depuis plusieurs années suite à une attaque armée contre sa femme à Delmas a évoqué dans sa lettre datée de 21 Avril, des raisons de convenance personnelle. Son mandat qui avait expiré depuis plus de 5 ans n’a été renouvelé que récemment.

Yonyon condamné à perpétuité en 2018


Le magistrat Jean Joubert Michel avait hérité du dossier de Yonyon transféré au tribunal correctionnel. Les faits reprochés à ce dernier étaient tellement graves que le magistrat avait re-qualifié les infractions et acheminé le dossier au cabinet d’instruction.

En 2018, ce dangereux criminel allait écoper la perpétuité après être reconnu coupable d’enlèvement suivi de séquestration contre rançon, viols, vol à main armée, assassinat, détention illégale d’arme à feu et d’association de malfaiteurs au préjudice d’une vingtaine de personnes. Le juge de siège avait prononcé ce jugement le 23 Mai 2018 à l’occasion des assises criminelles sans assistance de jury au palais de justice de la croix-des-bouquets. 8 autres individus ont été également condamnés aux travaux forcés à perpétuité dans le cadre de cette affaire. Il s’agit entre autres d’Evens Alsaint ou Peterson Zéphyr alias personnage ou agrikol, Fito Charles, Rodrigue René dit Gwofal ou Wilnè, Mackenson Dorestan alias Bos Tiyou et James Jean-Pierre. Ils ont tous été interdits de faire des transactions bancaires. Le tribunal criminel avait ordonné également la confiscation de leurs biens par l’Etat pour pouvoir servir de dédommagement aux victimes.

Le dangereux Germine Joly alias Yonyon qui était incarcéré à la prison civile de la croix-des-bouquets a été transféré au pénitencier national au lendemain de l’évasion spectaculaire des détenus à la croix-des-bouquets le 25 Février dernier, selon l’une de nos sources.

Plus de 400 détenus se sont fait la belle lors de ces événements troublants au cours desquels 32 personnes dont 31 détenus ont perdu la vie. 28 ont été tuées le 25 Février et les 4 autres le lendemain, 3 d’entre elles ayant succombé à leurs blessures à l’Hôpital Général, selon un rapport du Réseau National de Défense des droits humains (RNDDH) précisant que jusqu’au début du mois d’Avril 346 détenus étaient toujours en cavale. L’une de nos sources dit ignorer si les autres condamnés dans l’affaire impliquant Yonyon figurent parmi ces fugitifs.

Darbouze Figaro/ Enock Arismat